Face Making

Artist Gwenn Seemel’s bilingual blog about all the faces she makes while painting faces and other things.

Copyright is for scaredy-cats. / Le droit d’auteur, c’est pour les peureux.

2012 . 04 . 25 - Comments / Commentaires (16)

If I sound all “school yard,” it’s because I mean this as a challenge for every artist who still embraces copyright. 

J’invite à tous les artistes qui acceptent avec plaisir le droit d’auteur de penser un petit peu plus là-dessus.


I talk a lot about dangers of copyright and the beauty of free culture on my blog.  For more videos and articles on this subject, visit this section.


Je parle des dangers du droit d’auteur et de la simplicité de la culture libre beaucoup sur mon blog.  Pour plus de vidéos et d’articles à ce sujet, visitez cette section.


RELATED ARTICLES:
- Art that’s worth copying / L’art qui vaut le coup d’être copié
- Artists who believe in copyright are like Tea Partyists.
- Taking the “property” out of intellectual property


UN PEU SUR LE MÊME SUJET:
- Un modèle d’affaires pour un artiste qui renonce au droit d’auteur
- Scarcity and abundance / La rareté et l’abondance
- Cultivating self-confidence / Comment cultiver la confiance en soi


CATEGORIES: - TOP POSTS - En français - Business of art - Free culture - Video -



Vimeo     YouTube     Twitter     GooglePlus     LinkedIn     Pinterest     Facebook     RedBubble     Bloglovin


(16) Comments / Commentaires: Copyright is for scaredy-cats. / Le droit d’auteur, c’est pour les peureux.

-- Vaianu Hunter -- 2012 . 04 . 25 --

C’est peut-être sur l’usage de son oeuvre par un autre artiste que l’auteur “original” peut intervenir.

Je ne parle pas de mickey qui a été laaaargement apprécié par le monde mais de faits plus intimes.
Mickey est devenu par son impact et sa popularité une icône “détournable” et A détourner.
Se faire de l’argent sur de l’art (mickey en fait parti après tout) qui a fait beaucoup de recettes est une chose, mais faire de l’argent sur les idées d’un artiste (voir sur ses oeuvres) alors qu’il a du mal à joindre les deux bouts chaque mois et peut-être plus… plus… discutable,non?

Tout est peut être une simple question d’intégrité. “Tout travail mérite salaire”, toute bonne idée, une certaine reconnaissance, non?

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Gwenn -- 2012 . 04 . 25 --

“Tout travail mérite salaire,” c’est une jolie idée, mais pas pratique.  Si on ne fait pas le travail aussi bien que quelqu’un d’autre, pourquoi est-ce qu’on méritera le salaire plus que l’autre?  Parce que on a eu l’idée pour l’oeuvre avant l’autre?  Et non.  N’importe qui peut avoir des idées, mais seulement un artiste (un artiste qui crée de l’art ou un artiste du marketing) sait comment faire marcher les idées!

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- PIDDIU Mélissia -- 2012 . 04 . 25 --

J’aime bien ce que tu dis, et j’espère et j’essaie de croire en moi.
Je devrais considéré ce que je fais aussi d’unique, parce que ça l’est, j’ai chercher dernièrement si d’autre artiste dessinais avec le pistolet a colle. Ce n’est pas le cas, il est utilisé que comme outil de collage entre les matériaux.
Je suis fière dans le sens ou je peux me spécialisé dans un domaine ou je n’ai pas de concurrence.

C’est vrai que des artistes ont peur que qqn d’autre utilise et copie et qu’on fasse mieux que lui même. J’ai connu certaines personne qui s’extasiait contre le plagiat, la copie etc.
Je concevrai toujours que la copie est nécessaire à l’art car elle contribue à une œuvre dans son immensité.

L’inspiration n’a pas de limite face au droit d’auteur sinon tout le monde serait limité et nous ferions plus rien dans la peur de copier qui que ce soit.

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Vaianu Hunter -- 2012 . 04 . 26 --

Van Gogh n’était pas un “marketeux” ce qui lui coûta beaucoup, mais la reconnaissance est bien là. Il savait malgré tout comment “faire marcher les idées”...
Mais autres temps autres moeurs et cet artiste est sans aucun doute une exception (et souvent l’exemple facile de l’artiste “crève la faim”, je m’excuse d’ailleurs de le citer mais bon!)

Je ne remets pas en doute la libre culture, bien au contraire.
Vos arguments pour la défendre sont de bons sens (common sense) et défend l’art efficacement. L’art se renouvelle grâce aux réinterprétations originales.

Aussi une idée est à tout le monde mais une oeuvre est à quelqu’un. L’adage “pas pratique” de tout travail mérite salaire ne remet pas en question la propriété de l’idée mais la propriété de l’oeuvre elle-même.

Vous êtes pugnace, talentueuse et intelligente ce qui vous mènera, à n’en pas douter, très loin! 

Bonne journée

PS: “le tout vaut plus que la somme de ses parties”

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Gwenn -- 2012 . 04 . 26 --

@Mélissia: Je crois aussi qu’un problème de la vie moderne c’est l’idée que nous allons tous être des stars mondiales à cause de l’Internet.  Pour ma part, je cherche à contribuer à la vie des gens qui m’entourent (même ce qui sont en France et que je connais seulement avec l’aide de l’Internet) et, si je n’en fait pas plus, ça ne fait rien!  Être la plus connue et la plus célébrée est beaucoup moins important pour moi que contribuer à la vie des gens que je connais!  Penser ainsi me permets de croire en moi et en ce que je fais.

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Gwenn -- 2012 . 04 . 26 --

@Vaianu: Vous avez raison.  La société doit faire l’effort de s’occuper de tout le monde et de faire en sorte que tout travail ait un salaire.  Ceci dit, le copyright ne contribue plus à ce bien commun.  Il faut trouver une autre manière pour protéger les Van Goghs du monde!

Van Gogh (comme moi d’ailleurs) n’a pas trop souffert parce qu’il avait le soutien de son frère.  Au début de ma carrière, j’avais du mal à faire marcher mes idées.  Je ne gagnais pas beaucoup d’argent mais mes parents m’aidaient—ils m’ont invité à vivre avec eu pendant un moment et, plus tard quand je n’habitais plus avec eu, j’allais souper chez eu quand je n’avais plus de bouffe chez moi!  Le gouvernement joue un rôle important dans le bien-être d’une société, mais il ne peut pas tout faire avec ses lois et ses impôts.  Il faut bien que chacun s’occupe de ses frères-soeurs-enfants-parents-amis aussi!

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Amylee (Paris) -- 2012 . 05 . 15 --

Vraiment super ton blog, et en plus tu parles divinement bien le français et l’anglais!!
De plus les thèmes abordés sont vraiment originaux! Encore bravo ^___^

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Gwenn -- 2012 . 05 . 16 --

@Amylee: Qu’est-ce que t’en pense de la culture libre?  Est-ce que tu serais tentée de renconcer au droit d’auteur?

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Amylee -- 2012 . 05 . 16 --

La culture Libre? Je ne sais pas trop… Il faudrait que je me penche plus sur la question.

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Bayard -- 2012 . 05 . 31 --

Bonjour,

Il y a aussi l’idée beaucoup répandue de nos jours qu’un artiste, qu’il mérite de porter ce nom ou non, doit forcément pouvoir vivre de son art et ne pas travailler à côté. Et que le droit d’auteur est là pour ça. Il n’y a rien de plus faux.
Je côtoie en tant que musicien énormément de jeunes, et moins jeunes, qui pensent pouvoir se lancer en tant que concertistes alors qu’ils sont loin d’avoir le niveau, musicalement et moralement. Mais ils n’hésitent pas à cesser leurs activités professionnelles et à se lancer “tout nu” dans le business ! Ensuite, s’ils ratent, ils estiment que c’est à cause du piratage ? Des violations du droit d’auteur ?
Mais quel est cette prétention ?
C’est très bien de pouvoir vivre de son art. Mais ce n’est pas un droit. C’est une possibilité. Il ne faut pas l’oublier.

Bravo pour vos articles et votre production artistique Miss Seemel.

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Gwenn -- 2012 . 05 . 31 --

@Bayard: C’est vrai.  Le droit d’auteur et le piratage sont devenus des justifications pour l’échec.  Ces artistes se disent que, si seulement le copyright était respecté, ils pourraient avoir du succès, et ils ne cherchent pas à développer leur talent plus loin.  C’est dommage.

J’avais un ami qui s’est donné un an pour avoir du succès en tant que chanteur et auteur-compositeur.  Quand sa carrière n’a pas décollé, il est devenu avocat spécialisé dans a propriété intellectuelle!  On ne se parle plus tellement maintenant, et c’est dommage aussi…

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Zom Osborne -- 2014 . 04 . 18 --

First, my apologies if you have already covered this in the comments as I don’t speak French.

I am confused by your argument. My understanding of copyright has little to do with someone else making work similar or even just like mine (as ideas cannot be copyrighted) but it would have to do with someone else actually using my art or parts of my artworks and claiming it as theirs. Such as, someone selling a t-shirt with a drawing of mine on it or a book of my artworks. This doesn’t seem to be what you are referring to in your video.

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Gwenn -- 2014 . 04 . 18 --

@Zom: Copyright allows an artist to stop others from creating derivative works—works clearly influenced by theirs.  It’s not just direct copy that copyright forbids.  It’s inspiration as well.

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Zom Osborne -- 2014 . 04 . 18 --

Really? I will have to look into that. That is over the top.

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Zom Osborne -- 2014 . 04 . 18 --

The little reading that I have done on Wikipedia about derivative works seems to define derivative work as like changing a book into a film (or a painting into a t-shirt). It seems fair enough to me to have copyright on that. As soon as you change the meaning (they call it transformativeness), such as making it into a parody, then it is not copy-righted.
Maybe you already know all this. In fairness I haven’t read all your posts on copy-right.

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Gwenn -- 2014 . 04 . 18 --

@Zom: The problem with the fair use limitation on copyright (that’s the thing you’re referring to when you talk about parody being allowed) is that it’s a legal gray area, defined by the judge you happen to get and by the lawyers you can afford.  As it stands today, it’s a very weak limitation, meaning that copyright is used to shut down all kinds of creativity that you might not want it to shut down.

If you’re interested in learning more about the problems with copyright, I’d recommend starting with the documentary RIP: A Remix Manifesto or with Lawrence Lessig’s book Free Culture.

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

Add a comment / Ajouter un commentaire

Name / Votre nom:

Email / Votre e-mail:

(Visible only to Gwenn / Visible uniquement pour Gwenn)

URL / Votre URL:

(Optional / Facultatif)

Comment / Commentaire:

(You can use / Vous pouvez utiliser: < a >, < b >, < i >)

 Remember me for next time. / Retenez mes coordonnées.

 Email me new comments. / Abonnez-moi au fil de discussion.

Please enter the characters you see below / Veuillez rédiger le mot que vous voyez ci-dessous: