Face Making

Artist Gwenn Seemel’s bilingual blog about art, portraiture, free culture, and feminism.

A very personal public art piece / Une œuvre d’art public très personnelle

2014 . 07 . 21 - Comments / Commentaires (15)

These days, I’m working intensively on a mural that’s a portrait of Portland street performer and comedian, Kirk Reeves. It’s my first piece of public art that was conceived of as a public artwork. The City of Portland also owns this piece and this one too as part of its portable art collection, but they were not painted with that collection in mind.

Ces jours-ci, je travaille intensivement sur ​​une peinture murale qui est un portrait du musicien, Kirk Reeves. C’est ma première œuvre d’art public qui a été conçue comme une œuvre d’art public. Cette œuvre et celle-ci font partie de la collection d’art portable de la ville de Portland, mais elles n’ont pas été peintes avec cette collection en tête.



mural process

8 July / le 8 juillet

Given that this is my first truly public art project, it’s funny that I chose such a personal subject. Because, although it may not be immediately clear how the portrait of a man I knew only slightly is personal for me, it really is.

Étant donné que c’est mon premier projet d’art véritablement public, c’est un peu bizarre que j’ai choisi un sujet qui est tellement personnel. Parce que, même si ce n’est pas tout de suite évident comment le portrait d’un homme que je connaissais à peine est personnel pour moi, il l’est.



mural process

14 July / le 14 juillet

Kirk struggled with diabetes and with the medical bills that came from not always keeping up with his illness, and this is a story that I understand only too well. In 2009, I ended up in the ER after ignoring my body’s signals for several years. While there, I was diagnosed with endometriosis. Since then, I’ve struggled more than ever with the disease, with finding the right way to treat it, and with the bills that accompany an illness that has no cure.

Kirk souffrait du diabète et des factures médicales qui arrivent aux États-Unis quand on ne suit pas sa maladie prudemment, et c’est une histoire que je comprends trop bien. En 2009, je me suis retrouvé aux urgences après n’avoir pas fait attention aux signaux de mon corps pendant plusieurs années. Pendant que j’étais à l’hôpital, j’ai été diagnostiqué avec l’endométriose. Depuis lors, je lutte plus que jamais contre cette maladie, pour trouver la bonne façon de la traiter, et pour payer les factures qui accompagnent une maladie qui ne se guérit pas.



mural process

16 July / le 16 juillet

But the connection between our stories runs deeper than that too. Whenever someone you know takes their own life as Kirk did, it’s difficult to fully understand: why did he do it? What could I have done differently? Will I do it too?

Mais le lien entre nos histoires est plus profond. Chaque fois que quelqu’un que vous connaissez se suicide comme Kirk a fait, c’est difficile de comprendre: pourquoi l’a-t-il fait? Qu’aurais-je pu faire autrement? Vais-je le faire aussi?



mural process

17 July / le 17 juillet

Life is beautiful and life is also a struggle. Finding the balance between these two—finding the beauty in the struggle and acknowledging the struggle in the beauty—is not easy.

La vie est belle et la vie est aussi une lutte. Trouver le juste équilibre entre ces deux—trouver la beauté dans la lutte et reconnaître la lutte que la beauté nous demande—n’est pas facile.



mural process

17 July / le 17 juillet

I’ve always had difficulties relating with others. I’m shy and I have social anxieties. Most of the time, I cover well, and a lot of the time I even feel well, but not always.

J’ai toujours eu des difficultés dans mes rapports avec les autres. Je suis très timide et les situations sociales m’angoissent. La plupart du temps, je cache bien mes difficultés, et la plupart su temps ça va, mais pas toujours.



mural process

18 July / le 18 juillet

After I was diagnosed with endometriosis, things only got worse. The main daily medicine for this disease is hormones, a treatment that steals all my rainbows. The dosages I was given throughout 2010 introduced in my brain an obsessive habit of thinking about ending my own life.

Après avoir été diagnostiqué avec l’endométriose, c’était encore pire. Le principal médicament quotidien pour cette maladie sont des hormones, un traitement qui me vole tous mes arcs-en-ciel. Les doses variées qu’on m’a données en 2010 ont introduit dans mon cerveau une habitude obsessionnelle de penser à me suicider.



mural process

18 July / le 18 juillet

To be clear, this isn’t a cry for help. I am okay and, when I’m not, I have an amazing support network that is intimately aware of my issues. So, it’s not cry for help: it’s honesty. I know I’m not alone in my struggles, and I think that if we could all talk about it more openly we might all feel a lot better.

Pour être clair, ceci n’est pas un appel à l’aide. Je suis bien en ce moment et, quand je ne le suis pas, j’ai un réseau de soutien incroyable qui est au courant pour mes problèmes. Donc, ce n’est pas appel au secours: c’est de l’honnêteté. Je sais que je ne suis pas seul dans mes luttes, et je pense que si nous pouvions tous en parler plus ouvertement que nous nous sentirons tous beaucoup mieux.



mural process

19 July / le 19 juillet

As far as I can tell from the mass emails that he would send out regularly, Kirk never felt truly validated as an artist. While I don’t know how much this contributed to his choice to kill himself, I certainly see a connection.

Pour autant que je peux dire à partir des mises à jour qu’il envoyait régulièrement à un grand nombre de personnes, Kirk n’a jamais eu la reconnaissance en tant qu’artiste dont il avait besoin. Je ne sais pas combien cela a contribué à son choix de se suicider, mais, pour moi, il existe un lien.



mural process

20 July / le 20 juillet

Being an artist is hard. And Kirk has come to embody that truth in my mind. This mural I’m painting is intended to honor him and his story, but it’s dedicated to struggling artists everywhere.

Être artiste est difficile. Et Kirk incarne cette réalité. Cette murale que je suis en train de peindre est un mémorial pour Kirk, mais elle est dédiée à tous les artistes parce que nous luttons tous pour notre art.


RELATED ARTICLES:
- On interdependence
- The starving artist and the sell-out
- Keeping the faith as an artist / Garder la foi en tant qu’artiste


UN PEU SUR LE MÊME SUJET:
- Why artists quit / Pourquoi les artistes abandonnent
- Communicating the value of art / Communiquer la valeur de l’art
- L’artiste fauché et le vendu


CATEGORIES: - English - Français - Endometriosis - Featuring artists - Kirk Reeves - Portraiture - Practice - Process images -


If you want to receive email updates whenever there’s a new post on this blog, pledge $1 or more of support per month through Patreon!



(15) Comments / Commentaires: A very personal public art piece / Une œuvre d’art public très personnelle

-- Claire -- 2014 . 07 . 21 --

This added insight is so valuable. I didn’t know about the struggles Kirk faced.  Thank you for sharing your experience, you are right that it is important to talk about the hard times, not just the more upbeat ones. (Of course I’m very glad to hear you’re okay at the moment, and that you have a wonderful network!) Reading this entry adds an extra dimension to the mural!
Interestingly, I wanted to write “for a shy person, you are really brave!” (for painting in public and for sharing openly about your experience) but then I realized that there’s no reason for those characteristics to be mutually exclusive… It just happens that you are the bravest shy person I know!

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Libby Fife -- 2014 . 07 . 21 --

Gwenn,

It’s a wonderful and loving tribute to someone who has come to mean so much to you. The best part though is that each person who sees the mural will get something different out of it. You won’t always know the impact that you (and he) created but it will be there-sort of a dual public/private type of thing.

And I am with you too. Talking about whatever illness you have (particularly if it is the type of illness that makes us uncomfortable) is the best way to deal with things in my opinion. Everyone benefits from that honesty.

Take care,
Libby

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Gwenn -- 2014 . 07 . 21 --

@Claire: Sometimes I think I’m brave and that I set myself up to force myself to be brave on a regular basis. And sometimes I think I’m just using whatever crutch is available to me. I’m an anxious person and I channel a lot of that—I process a lot of that—through my art.

@Libby: What you say is so true and so important for me to be reminded of right now. Everyone is going to have their own story with this mural, especially if I do it right. In the end, it’s about grief, and the reactions provoked by the mural will have a lot to do with how and what exactly people are grieving with regards to Kirk.

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Vanessa -- 2014 . 07 . 21 --

Your honesty is so beautiful and may serve to help others. You honor not only Kirk’s memory but also anyone who has struggled with disease, poverty, mental health issues, or to be validated, to be an artist, or just to be human. Thank you for challenging yourself to be courageous enough to share some of the most tender bits with all of us. Your work/heart reaches so many of us, so deeply, because of that honesty. Keep it up!  (Your support system is pretty awesome too!)

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Jill -- 2014 . 07 . 21 --

Thanks for posting this! How wonderful that so many more people will be able to enjoy your art, and I loved hearing more about the process and the subject.

Maybe this is a silly question, but there is a sign taped to the scaffolding on the left side of the photos beginning on the July 18th one, and I was just curious what it says? Is it also about the mural? Thanks!

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- cati breil -- 2014 . 07 . 21 --

Gwenn,
cet article m’a comme clouée sur ma chaise, je n’aurais jamais imaginé que tu avais pu penser au suicide…je vis aussi avec cette idée dans un coin, pour toutes les raisons que tu décris, même si les factures ne sont pas encore un problème ici. La reconnaissance l’est et je ne bénéficie d’aucun réseau de soutien. C’est merveilleux d’envisager cette fresque comme un mémorial à Kirk, dédié à tous les artistes qui essaient de s’en sortir malgré les difficultés que nous oppose ce monde. You’re part of my rainbow !!!

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- JennyR -- 2014 . 07 . 22 --

Ton histoire par rapport à cette fresque me touche beaucoup. Oui, la vie est une lutte, et être artiste peut ressembler par moment au fait de se battre contre des moulins à vent! Je ne comprends que trop bien ces combats.
Et quand ça va mal, rien de mieux que des proches qui savent te soutenir!
Bisous

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Gwenn -- 2014 . 07 . 23 --

@Vanessa: Thank you for your kind words and support! It’s much easier to be brave with a good community to bolster you!

@Jill: The sign was to explain that I’d lost my voice and I wouldn’t be able to respond to people who asked me about the mural. Thankfully, I got to take it down yesterday. I still croak like a frog but at least I’m halfway understandable now!

@Cati: I am honored to be part of your rainbow! Je pense à toi et tu peux toujours m’en parler quand tu es en difficultés.

@Jenny: Bon courage et merci pour ton commentaire! Bises!

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- cati breil -- 2014 . 07 . 24 --

Gwenn,
je viens de relire encore cet article car quelque chose dedans me parle particulièrement mais jusqu’ici je ne savais pas quoi…c’est à propos de l’idée du suicide par rapport au fait de ne pas recevoir la reconnaissance espérée, en tous cas du lien qui existe entre les deux (je suis entièrement d’accord avec toi)en fait je pense qu’une connexion n’arrive pas à se faire dans le cas où le succès ne vient pas. Mais c’est une connexion pleine à quelque chose qui nous dépasse, que tu appelles “arc-en-ciel”, et non une connexion aux autres au monde ou à un milieu. J’ai toujours eu en tête une petite phrase “il n’est aucun talent qui reste inconnu”, mais qu’est-ce-qui fait le talent ? qui fait qu’un jour on va trouver la reconnaissance ? eh bien je crois avoir compris que c’est une sorte de vibration que les autres perçoivent enfin quand nous parvenons à être en phase avec notre “arc-en-ciel”. Quand j’ai reçu tes tableaux, j’ai ressenti cette vibration très fort, et j’en ai pleuré parce-que c’était impossible de ne pas pleurer….mais ce n’est pas que la beauté des tableaux, que le lien qui existe entre nous qui me touchait, c’était toi, ta voix comme tu dis, ton énergie, ta présence dans l’oeuvre comme tu dis. Cela ne vient pas de l’extérieur mais de l’intérieur de soi. La maladie, les difficultés matérielles, la solitude ou la distance avec les siens qui met de la solitude dans l’existence, ou au contraire les contraintes quotidiennes de la vie de famille, sont autant d’obstacles à la possibilité de rentrer en contact et de rester en contact avec cette partie de nous qui nous anime, et finalement on ne peut pas rayonner vraiment et la reconnaissance n’arrive jamais. Je suis dans cette lutte avec moi-même et je n’en vois pas la fin et cela est déprimant. J’ai toujours cherché à m’exprimer autrement l’art a toujours fait partie de moi et de ma vie, de l’écriture, en passant par la danse, puis dans le dessin et la céramique, et aujourd’hui de retour en peinture ! mais je suis dans l’impasse et je souffre parce-que je n’arrive pas à me “connecter” alors que “ça pousse en moi” ! j’étouffe. Voilà ce que je pense de ce que Kirk a pu vivre, ressentir, même si cela ne représente qu’une partie de ce qui a décidé son geste. Je pourrais basculer pour cette raison parce-qu’elle dit quelque chose du but de notre existence très personnelle et individuelle, je veux dire en dehors des conjoints, enfants, parents, amis etc…Dans une vidéo sur comment tu as commencé ta vie d’artiste tu expliquais que tu avais passé un an et demi chez tes parents à mettre au point plein de choses (technique etc..) as-tu senti cette connexion se faire en toi à un moment ou bien l’avais-tu naturellement depuis l’enfance ? ou l’as-tu ressentie enfant ? voilà la petite question du soir bonsoir !!! pardon j’ai été très longue ! milbiz Gwenn.(merci pour ta réponse + haut!)

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Gwenn -- 2014 . 07 . 26 --

@Cati: J’aime bien comment tu décris le talent comme une vibration reconnue ou non par les autres. Cela me semble très juste.

Je crois que nous cherchons tous cette connexion, la reconnaissance de notre travail—les artistes le recherchent, bien sûr, mais les autres aussi. Et je crois que nous n’aurons jamais assez de cette connexion.

Pour ma part, au début de ma carrière, j’ai décidé de vraiment concentrer mes efforts. Avec le portrait, on sent une connexion vivement avec son sujet. On peut être sûr que ce qu’on crée a un effet. À partir de cette base, c’était plus facile de chercher une connexion avec les autres, parce que je pouvais être sûre que mon art arrivait à faire un lien avec au moins une personne.

En fin de compte, il faut savoir choisir son public (quelque chose dont j’en parle dans cette vidéo). J’essaie de respecter le public qui vient vers moi et mon oeuvre—et je l’ai fait même quand ce n’était que ma famille et mes amis! J’écoute bien comment il reçoit mon art, et comme ça je comprends de mieux en mieux comment communiquer, comment vibrer à une fréquence qui est reconnue.

Bon courage, sister!

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- cati breil -- 2014 . 07 . 26 --

Gwenn,
merci mille fois de me répondre si vite ! avec les journées de travail que tu as en ce moment je te suis vraiment très reconnaissante.
je ne serai pas si longue ce soir, juste te remercier…et préciser une chose qui me semble importante : au travers de toutes tes oeuvres, de jeunesse (y compris la fresque animalière dans la chambre du petit garçon que tu gardais quand tu étais jeune fille) puis toutes les autres jusqu’à aujourd’hui, on peut reconnaître ton style, on te reconnais déjà ! et cela me fascine car en ce qui me concerne je n’ai pas cette impression. Si j’ai compris que je suis plus “dessin” que peinture à proprement parler,je suis encore et toujours à “remettre l’ouvrage sur le métier” et n’arrive pas à partir dans une direction une bonne fois pour toutes si je puis dire ! c’est pour cela que je dis que je n’arrive pas à trouver la connexion avec moi-même. enfin voilà...je t’embrasse et encore merci Gwenn. Belle journée à toi pour demain !

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Leonard Kirke -- 2014 . 08 . 06 --

Gwenn, as usual, you inspire me, and perhaps in this post more than usual. As someone who has dealt with social anxiety issues myself, this really hit home: “...I have social anxieties. Most of the time, I cover well, and a lot of the time I even feel well, but not always.” I wish I’d be able to put my anxiety issues into words like that ten years ago, and so succinctly. It can be difficult to make people understand.

I didn’t know the story behind Kirk and the mural before, nor about your own experiences with endometriosis, and this post has made the mural so much more powerful for me. It is a beautiful tribute and it will, I hope, be an inspiration to others dealing with the same kinds of struggles, whether they’re artists or not.

Keep doing what you do, Gwenn. The world is a better an more beautiful place for having you, and your art, in it.

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- amy -- 2014 . 08 . 08 --

Thanks for sharing your experience as an artist and your personal experience with finding balance. Congratulations on your work too! Maybe I am biased but I think life as an independent creator has a lot of challenges.

I did a mural once for a hotel and it WAS challenging - it actually something that I could be embarassed by, but instead I wrote about too on my blog. I don’t regret doing it, even though it is my greatest failure, it was a great learning experience.

grin

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Nancy Bryant -- 2014 . 08 . 08 --

Congratulations on the mural!  I love it and I’m sure the community around it will too.  You are amazing in that you always find new ways to stretch & challenge yourself as an artist.  I love watching your journey.  Thanks for sharing so much about yourself & your work with us all.  It adds to the richness of your work.

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

-- Gwenn -- 2014 . 08 . 09 --

@Leonard: Thank you. I can only share like I do because of the support and encouragement I receive from you and others. Bon courage, friend!

@Amy: Thank you for your kind words! I wouldn’t want to ever get used to failing—because that would probably indicate I was making too many wrong choices—but I really hate the idea of always thinking I’m right. So, failure and being open to failing wins…no matter how hard it is! smile

@Nancy: Thank you, Nancy! It’s a pleasure to share the process and I’m glad it’s interesting to so many!

--- -- - --- - ---- - ---- - --- - -- ---

Add a comment / Ajouter un commentaire

Name / Votre nom:

Email / Votre e-mail:

(Visible only to Gwenn / Visible uniquement pour Gwenn)

URL / Votre URL:

(Optional / Facultatif)

Comment / Commentaire:

(You can use / Vous pouvez utiliser: < a >, < b >, < i >)

 Remember me for next time. / Retenez mes coordonnées.

 Email me new comments. / Abonnez-moi au fil de discussion.

Please enter the characters you see below / Veuillez rédiger le mot que vous voyez ci-dessous: