Apple Pie

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Kristina pilgrim a new American Gothic the real Superman Russian astronaut Loveness letter from the american cousin Taiwanese-American Richard Nixon Australian-American Elvis Vietnamese-American Uncle Sam Erzulie Fitzgerald the declarer and the Susan B a new Babe Ruth portrait flag Paula Bunyan plants trees Indian-American Native American George Washington Chandra Roxanne Gwenn Seemel

Septembre 2008 à l’Interstate Firehouse Cultural Center, Portland, USA

Mai et juin 2009 au Downtown Initiative for the Visual Arts, Eugene, USA

Le titre de cette collection, Apple Pie, se traduit à peu près par «tarte aux pommes.» Ça fait référence au proverbe «aussi américain qu’une tarte aux pommes» ce qui me semble très juste étant donné que l’apple pie a ses origines dans le mélange de cultures qui définit les États-Unis tout comme la plupart des américains.

 

Lorsque j’étais enfant, dès que les autocollants en forme de dinde apparaissaient dans les fenêtres, je mettais ma peinture de guerre. Je savais que, bientôt, on allait me dire que les hommes vêtus de chaussures et chapeaux aux boucles argentées étaient mes ancêtres. Et, chaque année, je me rebellais avant de célébrer la survie des pèlerins à leur premier hiver dans le nouveau monde. Après tout, la famille de ma mère était toujours en France et les grands-parents de mon père avait émigré de Lettonie. Ces réfugiés pour cause de religion qui volaient le maïs des tombes des amérindiens n’avaient rien à voir avec moi.

Peut-être n’ai-je pas écouté assez bien à l’école ou peut-être n’a-t-on pas fait attention aux enfants comme moi, mais ce n’est que quand je suis devenue adulte que je me suis rendu compte que John Alden et sa Priscilla sont en effet mes ancêtres. Miles Standish et toute la bande de pèlerins appartiennent à ma tribu: ils sont la première vague d’immigrants. Même si je ne partage pas leur sang, avec deux passeports et une enfance partagée entre les États-Unis et la France, je comprends le choix qu’ils ont fait d’être ici plutôt que là-bas.

J’ai créé Apple Pie pour apprendre davantage ce que cela veut dire «être américain.» Je voulais voir si d’autres américains de première et deuxième génération étaient prêts à donner aux icônes américaines un lifting et à assimiler les États-Unis comme ce pays les assimilent. J’ai trouvé quelques immigrants, puis je me suis rappelée que, seuls, nous ne pouvons pas représenter notre pays, que les ancêtres de certains américains n’ont pas choisi de venir ici. J’ai demandé à une descendante des esclaves de partager son histoire ainsi qu’à une amérindienne.

Après avoir réuni une vingtaine de personnes autour du concept, j’ai demandé à chacun des participants d’Apple Pie de répondre à une question simple: «être américain» qu’est-ce que cela signifie? Leurs réponses sont publiées sur ce site avec leurs portraits, et elles complètent les tableaux.




Gwenn Seemel, photo de l'Oregonian

photo par Faith Cathcart


« L’artiste fait quelque chose de rare dans ses tableaux. »

     — - DK Row, The Oregonian, mai 2009







Oregon Art Beat

capture d’écran de Oregon Art Beat



Mon processus et mon œuvre ont fait l’objet d’un segment de l’émission Oregon Art Beat! Le reportage a été filmé en Septembre 2008. Il montre quelques sujets de la série Apple Pie.







 
Apple Pie, le livre

Apple Pie le livre numérique


Apple Pie le livre présente des images de tous les portraits dans la série ainsi que les déclarations faites par chacun des sujets et une introduction par Inara Verzemnieks.

La version imprimée du catalogue est épuisée, mais il existe aussi un PDF du livre dans l’anglais originel qui est disponible au prix de $3.

Ajouter au panier

$3








Le développement de cette série et du livre qui l’accompagne a été parrainé par le Regional Arts and Culture Council ainsi que par l’Oregon Arts Commission.