Snow Days

Cliquez sur les images pour les agrandir.

Portland artist Gwenn Seemel Ron Pedersen Wayne Garcia Shauna Parsons Paul Linnman Mike Donahue Pete Ferryman Andy Carson Ken Ackerman Carl Click Joe Sottile Nancy Francis Jim Donovan Matt Zaffino Mark Nelsen

Août 2004 à Northwest Sony Only, Portland, USA

Le titre de cette collection, Snow Days, veut dire «jour de neige» et fait référence à un phénomène américain, le jour de congé à l’occasion d’intempéries neigeuses. Le snow day est presque un culte pour les enfants américains.

 

Quand j’étais plus jeune et qu’on parlait de neige en prévision, j’étais collée à la télévision. Un snow day était peut-être un inconvénient pour les adultes qui n’avaient que faire d’une distraction, mais, pour moi, c’était un délice. Je ne faisais pas attention aux informations. Je me concentrais sur certains visages seulement—les visages qui représentaient la possibilité, ceux des météorologues magiques avec leur écran bleu et le bouton dans la paume de la main. S’ils prononçaient le mot «neige» alors neige il y aurait. Ils avaient un pouvoir absolu. Ils étaient à la télé: ils devaient connaître l’avenir.

À un moment donné dans mon enfance, je me suis rendue compte que mes experts télévisés n’arrrivaient pas toujours à prédire le temps correctement et encore moins à le contrôler. Ce fut un moment un peu choquant, mais en fait cela n’avait pas trop d’importance. J’ai compris que leur influence n’était peut-être pas magique mais elle était pratique. Même leurs prévisions provisoires pouvaient produire une fermeture: il n’y aurait peut-être pas de neige, mais il y aurait un jour de neige quand même.

C’est à cette époque que j’ai commencé à regarder les informations avec la météo. Ces reportages n’étaient pas toujours aussi alléchants que la promesse d’un snow day, et le jour de neige est devenu une pause—un moment pour considérer non pas le travail que l’on avait pas envie de faire mais pour voir tout ce qu’on oubliait dans la vie quotidienne. Un jour pour considérer les gens qui étaient devant moi en chair et en os d’aussi près que ceux qui passaient à la télé.