Subjective

Cliquez sur les images pour les agrandir.

painted portraits by Becca Bernstein and Gwenn Seemel painted portraits by Becca Bernstein and Gwenn Seemel painted portraits by Gwenn Seemel and Becca Bernstein painted portraits by Becca Bernstein and Gwenn Seemel painted portraits by Becca Bernstein and Gwenn Seemel painted portraits by Gwenn Seemel and Becca Bernstein painted portraits by Gwenn Seemel and Becca Bernstein painted portraits by Becca Bernstein and Gwenn Seemel painted portraits by Gwenn Seemel and Becca Bernstein painted portraits by Gwenn Seemel and Becca Bernstein

Janvier 2010 à North View Gallery, Portland, USA

Mars 2010 au Arts Center, Corvallis, USA

Avril 2010 à Pence Gallery, Bend, USA

Avril 2011 au Art Festival Museum, Edmonds, USA

Le titre de cette collection, Subjective, veut dire la même chose en français et en anglais.


Une collaboration entre l’artiste Becca Bernstein et moi-même, cette série est un portrait de nos deux familles. Nous nous sommes peintes ainsi que nos parents, nos époux, et d’autres membres de la famille. Subjective est composée de deux points de vue sur chacun des dix sujets: une vingtaine de tableaux de nos plus chers, immortalisés une fois par un étranger et une fois par leur proche. Cette série révèle que le portrait est plus qu’une simple imitation de la nature.

Les portraits aiment faire semblant. Un portrait vous convainc qu’il est un être humain en vous invitant à lui parler comme vous parleriez à son sujet. Il demande à être nommé pour la personne qu’il représente: le portrait d’une mère devient tout naturellement «maman.» Le portrait est un imitateur habile sans être pourtant la personne elle-même, et non pas seulement parce qu’il est pigments et médium plutôt que chair et os.

Un portrait n’est pas la peinture d’une personne parce qu’il est en fait la peinture de deux personnes, ou, plus précisément, de l’espace entre ces deux personnes: le sujet et l’artiste. Quand un artiste peint une personne, il peint ce que cette personne présente à l’artiste et ce que l’artiste perçoit de la personne filtré à travers un kaléidoscope de situations visuelles, sociales, historiques, et psychologiques. De cette manière, le sujet d’un portrait n’est pas vraiment le sujet de ce portrait. Le sujet d’un portrait est la relation entre l’artiste et son modèle, que celle-ci soit momentanée ou pour toute la vie.

Pour en savoir plus sur la réalisation de cette série, visitez cette section de mon blog. La plupart des articles sont en anglais, mais vous verrez des images du processus.


 
Subjective, le livre

Subjective le livre

Richard Brillant, docteur en philosophie, a écrit l’introduction du catalogue d’exposition. Membre de l’American Academy of Arts and Sciences et Anna S Garbedian Professeur de Lettres à Columbia University, Brilliant a reçu de nombreux honneurs, dont le Prix de Rome de l’American Academy à Rome, une Guggenheim Fellowship, et une bourse Fulbright.

Le catalogue (dans l’anglais originel) est en vente au prix de $28, frais d’expédition internationale compris. Envoyez-moi un e-mail si vous avez des questions.

Ajouter au panier

$28




« [Bernstein et Seemel] ont toutes les deux la capacité de voir leurs modèles comme plus que des objets à peindre. »

     — - Margie Boulé, The Oregonian, janvier 2010 -- - l’article en anglais

« C’est un concept fascinant. »

     — - Richard Speer, The Willamette Week, janvier 2010 -- - l’article en anglais

« Leur collaboration saisit la subjectivité en jeu dans l’art du portrait et lutte contre sa réputation comme une forme inférieure de la photographie ou un simple acte de la réplication sans imagination. »

     — - Choix des lecteurs, The Portland Mercury, janvier 2010 -- - l’article en anglais




La Celebration Foundation m’a accordé un prix pour cette collection et pour le catalogue qui va avec.



Toutes les photos des tableaux de Subjective sont par Jim Lommasson.