Précédent - Détail - Empathetic Magic - Suivant

black cowboy

Gwenn Seemel
Accorder un temps de trajet supplémentaire (Lenwood qui se cache)
et Le vrai cow-boy (Lenwood qui se vante)
2017
acrylique sur coton piqué
chaque œuvre 46 centimètres de diamètre

Se cache $1800 | Se vante $1800
(Envoyez-moi un message pour en savoir plus.)

Lenwood m’a demandé si j’étais irlandaise avec un geste vers mes chaussures vertes comme si cela justifiait la question. C’était la deuxième fois en huit jours qu’un inconnu m’avait adressée ainsi, mais cette fois-ci je me suis lancée dans le jeu. Après tout, je regardais Lenwood du coin de l’œil depuis une demi-heure déjà. Dès que j’avais remarqué qu’il avait des bottes de cow-boy pour aller avec son gilet en cuir et son chapeau. Je n’avais jamais vu un cow-boy noir.

Nous allions tous les deux à Harlem, lui pour le défilé de la Fête des Afro-américains et moi pour rencontrer un autre sujet de la série. Le train de métro vibrait et gémissait, mais Lenwood parlait tout doux. Il m’expliquait l’histoire du mot «cow-boy.» À l’origine, c’était un terme dérogatoire appliqué aux bouviers noirs. Les blancs étaient des «cowhands» et ils se différenciaient des noirs avec le «boy» qui reste toujours l’insulte préféré de certains blancs envers les noirs. L’histoire contenue dans ce mot m’a épatée. Je lui ai demandé tout de suite si je pouvait le peindre pour La magie empathique.

Pour en savoir plus sur la réalisation du Vrai cow-boy, regardez cette vidéo.